Formation

1er Cycle

L’option design des Beaux-Arts de Marseille propose une formation à la fois ouverte et engagée de la pratique du design, qui assume sans équivoque la diversité inhérente à cette discipline. En dehors de toute intention d’hyperspécialisation, son objectif est non seulement de former des designers qui maîtrisent les savoir-faire, les techniques et les méthodes ancrés dans une réalité professionnelle toujours plus exigeante, mais qui savent aussi et surtout s’adapter à l’évolution permanente de cette réalité tout en affirmant et en cultivant une démarche d’auteur, autonome et nourricière. Apprendre à apprendre, à désapprendre, à comprendre le contexte d’une commande, les enjeux d’un projet afin d’y développer une réponse qui repose sur l’exercice d’une pensée accompagnée des outils et des techniques adéquats. L’option design des Beaux-Arts de Marseille s’intéresse aux espaces de l’activité humaine, aux espaces de la vie (peut-être pour la rendre plus belle, ou plus intéressante que le design), depuis la sphère privée de l’intimité jusqu’à l’espace de la ville et sa dimension publique. L’option travaille sur les espaces et les objets, matériels et immatériels, dans le sens le plus large possible, tout en prenant en compte les enjeux culturels, éthiques et sociétaux. Les espaces de la vie s’étendent de la sphère privée et intime, introspective peut-être, jusqu’à la sphère publique, complexe, extravertie et contradictoire.Proposer, produire une pensée, un objet, un espace réel ou virtuel n’est pas innocent et dégagé de toute conscience éthique, politique, environnementale. La rencontre et la prise en compte de l’autre, le dialogue et la complémentarité avec l’autre sont des passages et des moments excitants dans la fabrication du projet. Savoir écouter, parler un même langage en gardant sa singularité d’auteur est un des enjeux fondamentaux de la formation, qui met l’accent sur le développement d’une démarche et d’un langage personnels.L’enseignement suit, accompagne cette progressivité et cette complexification des contextes. De la sphère privée et intime de la chambre, à la complexité rugueuse de l’espace public. Dans cette progression, les préoccupations esthétiques, éthiques, prospectives et environnementales sont toujours présentes et prépondérantes.L’objectif est de développer le langage et le positionnement singulier de l’étudiant pour lui permettre de s’épanouir, de faire un design d’auteur, sans « faire école ».

L’enseignement au sein d’une école d’art et de design doit être axé sur le projet. Tous les enseignements doivent tendre vers ce but en aidant les étudiants à révéler et développer leur capacité à penser, projeter et réaliser un travail qui soit en phase avec les réalités artistiques, sociales et économiques du monde contemporain.Il n’y a plus de modèles à reproduire, il n’y a que des leçons à tirer des expériences et réalisations passées, par la connaissance et l’analyse de celles-ci.L’enseignement est alors pensé comme un aller-retour incessant entre la pratique plastique, l’expérimentation formelle et matérielle et la connaissance et recherche historique et théorique.Centrer l’enseignement sur le projet suppose de mettre l’étudiant en situation de réponse à une sollicitation à laquelle il doit réagir en faisant état de la mise en place d’une méthodologie personnelle, en phase avec les contraintes données.L’enseignement doit donner aux étudiants les outils pour cela. Pour atteindre cet objectif, trois situations de travail sont proposées.1. Le travail en atelier, avec une périodicité régulière et une temporalité longue, qui permet d’acquérir les outils spécifiques à la pratique du projet, et qui laisse le temps d’expérimenter avec tout medium, de tirer une leçon de ces expérimentations, et aussi de se confronter aux autres. Les bases techniques de l’école — bois, métal, terre, céramique, gravure, impression, sérigraphie, photographie, infographie, video, Load — permettent aux étudiants de découvrir de nombreux modes de production. 2. Le travail en situation de « workshop », événement fort, exceptionnel dans le déroulement du cursus. C’est un temps d’enseignement et de production tendu, compact, qui oblige à la prise de décision rapide et qui permet à l’étudiant de vérifier la pertinence de sa méthodologie, ou de découvrir de façon intense un matériau, une technologie. Ils sont souvent dirigés par une personnalité extérieure à l’école, invitée par l’équipe pédagogique. C’est donc aussi l’occasion pour l’étudiant de découvrir le processus de création d’un professionnel actif sur la scène contemporaine. Le designer n’est pas un créateur solitaire, il est amené à travailler en relation avec d’autres intervenants de différents domaines, le workshop est également un moment de préfiguration de cet état de fait, qu’il soit organisé en collaboration avec d’autres écoles, ou avec des entreprises.3. La connaissance historique, sociologique, culturelle du champ dans lequel s’exerce l’activité du designer. Ce sont des interventions ponctuelles pendant le temps de l’atelier, au cours desquelles un point particulier de l’histoire de l’art, de l’architecture etc… est exposé.

Enseignements théoriques

  • Philosophie et esthétique : Sens et fonction du mot « image »
  • Histoire de l’art
  • Histoire de l’art : Paysage et territoire
  • Histoire et théorie du design
  • Le geste et la parole : Art, outil, corps
  • Anglais
  • Français langue étrangère

Ateliers design

  • La ville augmentée
  • Design virtuel
  • Le chemin de faire
  • Programmation processing
  • Not uniform 3D
  • Être en ville
  • Vidéo et mapping
  • Che fare ?