Diplômés

Voir tous

  • Art

  • 2016

Raphaël Mahida-Vial

À l’heure où ce texte est rédigé, les « paysages circassisés » ne cessent de se transformer et leurs formes ont pu être modifiés. Cependant, l’esprit énigmatique reste le même. En parkings d’hiver soulève des questions nécessaires dans la mesure où l’épaisseur de ce nouveau paysage se compose avec les contours de passages singuliers. De nombreux passages circassiens qui ont depuis, certes changés, se sont modifiés, déplacés même, mais où la ville est restée la même. C’est avant tout, la charogne des cirques, une charogne des flux.