Diplômés

Voir tous

La Terre Cerclée de ses Anneaux, 137 x 91 cm, 2011 Modélisation Blender, travail dans Gimp
  • Design

  • 2011

Damia Bouic

Le design est une activité qui se nourrit en permanence d’un contexte, que ce soit un contexte de lieu, de temps, d’économie, de techniques, de politique, de religieux, etc. Pour faire forme, nous devons nous nourrir en permanence de ce contexte, l’interroger et assimiler son usage. En guise d’hypothèse expérimentale de mon travail, j’ai pris le parti inverse de plus spécifiquement modifier le contexte, et d’analyser ce qu’il en retourne à la fois en terme de science, d’objets, mais aussi de représentations.

J’ai choisi de mettre en œuvre l’astronomie, domaine qui me passionne, pour intervenir au plan fondamental d’un contexte le plus vaste possible, celui de la planétologie, et d’exprimer ses liens avec la météorologie, autre discipline d’intérêt manifeste chez moi. Un vieux rêve me hante depuis longtemps : voir la Terre cerclée d’anneaux. J’ai de suite imaginé le magnifique spectacle d’une arche recourbée qui traverse le ciel. Puis il m’a fallu confronter cette chimère astronomique, cette « causa mentale », aux lois rigoureuses des sciences, pour rendre cette uchronie plausible comme monde d’aujourd’hui, pour réinventer un réel imaginaire qui en fait un objet inscrit pleinement dans une rationalité de la vie quotidienne presque tangible. J’ai écrit en premier lieu un scénario qui établit les conditions d’existence générales de cette structure fictive, à commencer par définir une date d’apparition qui l’ancre dans l’Histoire. Je concevais littéralement cet objet cosmographique et la portée complexe de son effet papillon, avec le souci de pousser le plus loin possible le détail scientifique dans l’intention de brosser tout un jeu de conséquences dans un maximum de domaines possibles qu’entraînerait la formation de ces  » Anneaux « .

Les perspectives à considérer se sont révélées aussi phénoménales que vertigineuses. Tous les contextes sont touchés à diverses échelles par ces Anneaux. La Terre, cette exoplanète qui est la nôtre. C’est comme un nouveau territoire à explorer, à la fois familier et dans le même temps radicalement inconnu. À titre de pièces à conviction, j’ai produit un corpus de documents testimoniaux de nature hétérogènes. J’ai réalisé des images qui montrent de quelle façon la peinture romantique allemande a eu la vision de ces Anneaux, notamment les tableaux de Caspar David Friedrich. J’ai aussi projeté ce qu’il adviendrait du dessin de nos littoraux. J’ai élaboré quelques propositions d’objets révolutionnés par les conditions de vie à Marseille sous les Anneaux. Je n’ai pour l’instant prospecté qu’une infime partie de la Terre avec ce visage alternatif, où les hivers sont plus rigoureux, les tempêtes plus dévastatrices, les nuits très lumineuses – les Anneaux font basculer dans l’ombre des contrées entières. Je projette de dresser un portrait complet de cette planète, de réinventer le monde.

Cela ne fait que commencer.

(Texte extrait du catalogue des diplômés de 2011)