Diplômés

Voir tous

  • Art

  • 2016

Charlotte Morabin

Je prélève des objets dans la rue, les assemble et crée une tension, une mise en danger.
Je confronte les objets entre eux, les mets à l’épreuve dans une totale précarité. Je puise la matière de mes assemblages, constructions, et compositions dans une collection de personnages et objets du quotidien que je viens détacher de leurs fonctions ou de leurs occupations. Le poids des objets, leur équilibre dans l’espace forme une suspension dans le temps, un arrêt sur image permettant de fantasmer l’ampleur de la chute. La chute est dans mon travail créatrice d’images, de violence et d’absurdité.

Par le dessin, le théâtre de l’absurde est mis sous lumière. Sujets inextricables, quiproquos, quelle sera la fin, la chute ? Des histoires se nourrissent de non sens et d’idiotie.
Notes rêveuses, les traits arrivent sur le papier avec légèreté, l’encre noire s’étire et s’allonge.
Les protagonistes se perdent dans le blanc de la feuille, dans l’attente qu’il se produise un évènement. Il suffirait d’un petit rien pour que tout bascule. Il suffirait d’agir.