Bienvenue à l’Institut national supérieur d’enseignement artistique Marseille-Méditerranée – INSEAMM. Il regroupe depuis mars 2020, les Beaux-Arts de Marseille et le Conservatoire Pierre Barbizet. Pour continuer directement sur le site du conservatoire cliquez ici (site en construction).

Agenda

Voir tous

  • Séminaire

SÉMINAIRE QUE PEUT LE RÉCIT ? – avec Pauline Julier & Clément Postec

22.01.21

Visuel 1 : Pauline Julier, Naturales Historiae (2019, 56 minutes). Photogramme.
Visuel 2 : Pauline Julier et Clément Postec, Perseverance Valley (2020). Photogramme, projet en cours.

Que peut le récit ? est un séminaire proposé par Vanessa Brito, directrice de programme au Collège International de philosophie (CIPh) et enseignante aux Beaux-Arts de Marseille, dans le cadre d’un partenariat entre le CIPh, les Beaux-Arts de Marseille, le Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur, le Mucem, le cinéma La Baleine et la librairie L’Hydre aux milles têtes.

Pour cette première séance intégralement sur Teams, vous sont proposés deux rendez-vous articulés l’un à l’autre :

Vendredi 22 janvier 2021 (10h00-12h00)

Naturales Historiae
Projection en ligne du film de Pauline Julier, Naturales Historiae (2019, 56 minutes), suivie d’une discussion avec la réalisatrice.

Avec Bruno Latour, Philippe Descola et Jun Wang.
À travers différentes histoires naturelles tournées entre la Chine, la France et l’Italie, Naturales Historiae interroge nos manières de penser et représenter la Nature. Chaque chapitre explore une situation d’êtres humains aux prises avec la Nature et ses images, qui révèle leurs obsessions et ébranle nos certitudes.

 

 

Vendredi 22 janvier 2021 (14h00-16h00)

Occupy Mars
Conférence-performance de Pauline Julier et Clément Postec suivie d’une discussion avec les artistes.

Curiosity, rover en mission sur Mars, est-il (ou est-elle ?) mû par le désir de connaissance, ou l’outil sacrifié d’une expansion coloniale ? Pour ne pas abandonner les espaces extra planétaires aux seules puissances économiques, Pauline Julier et Clément Postec créent Perseverance Valley : un cycle de recherches (film, livre, installations, performances) pour expérimenter d’autres points de vue : celui des scientifiques, des rovers (astromobiles en français), de la matière ou des choses elles-mêmes. À la fois état des lieux de la conquête spatiale et manifeste pour des narratologies alternatives, les artistes explorent Mars, du sol du désert d’Atacama au centre de pilotage de la Nasa à Los Angeles, parcourant les formes délirantes de nos batteries et consciences, boostées au lithium.

Clément Postec et Pauline Julier collaborent depuis leur rencontre en 2016 au sein du SPEAP, laboratoire en arts et politique de Sciences-Po Paris, fondé par Bruno Latour. Pauline Julier est artiste et cinéaste. Ses films et installations ont été présentés dans des festivals, des centres d’art et des institutions du monde entier, parmi lesquels le Centre Pompidou à Paris, DOCLisboa, le Tokyo Wonder Site, le Museum of Modern Art en Tanzanie ou encore au Pera Museum Musée à Istanbul. Clément Postec est conseiller artistique et réalisateur. Ses films ont été présentés en France (Mac Val, Fresnoy, Rencontres Paris-Berlin-Madrid, Collège des Bernardins), au Canada (Festival du nouveau cinéma), en Bosnie-Herzégovine et en Italie. Son dernier film Sakina a été montré à l’occasion du festival Côté Court 2020.

 

 

A propos du séminaire Que peut le récit ?

Ce séminaire réunit artistes, historien·ne·s et commissaires d’exposition qui explorent les potentialités du récit pour s’essayer à une écriture politique de l’histoire et chercher à aller plus loin dans la fabrique d’un monde commun. La possibilité d’entrer en résonnance avec le monde (H. Rosa) dépend en effet de la possibilité de le décrire et de le dire autrement, de ne pas réduire le réel au probable, de chercher à constituer des scènes (J. Rancière) qui, en élargissant le récit, élargissent nos capacités à ressentir et à percevoir le monde. Le fil conducteur de cette année sera la question que nous adresse Donna Haraway : « Quelles histoires fabriquent les histoires que l’on raconte ? » Quels sont les effets de connaissance qu’elles produisent ? Comme l’année dernière, la réflexion se poursuit à travers une diversité de formats – performances, lectures, projections et débats.