Formation

Documents de synthèse, rapports de diplôme et mémoires

Il n’y a pas de pensée – or, l’art se pense – qui ne donne lieu, à des formes d’écriture, aussi diverses soient-elles. Un étudiant d’école supérieure d’art au même titre que tout créateur n’est pas sans écrire.
Au delà de la pratique d’écriture qui lui est propre, chaque étudiant produit au cours de ses études, trois formes de documents écrits qui scandent dans une progressivité, son cursus à l’école.

Le document de synthèse (année 1)

Le premier document est une synthèse du travail de l’année 1 : apprentissage des pratiques et désirs personnels. Succinct, il incite l’étudiant à cultiver le goût des notes et du journal de bord, à enregistrer ce qui l’a attiré dans les enseignements, à donner sens aux premières investigations plastiques. Il s’agit d’un document dont l’écriture et la mise en œuvre sollicitent plusieurs types d’enseignements : ateliers d’écriture, formations à la mise en page et aux recherches documentaires, réflexions sur les pratiques d’archivage… Ce document doit être finalisé pour le mois de juin et remis au plus tard dix jours avant la date du bilan de S2.

Le rapport de diplome (année 3)

Le rapport de diplôme, consulté par le jury du DNAP en année 3, révèle la capacité de l’étudiant à mettre en perspective sa pratique artistique avec l’environnement théorique et plastique.
Il invite l’étudiant à étayer ou à élargir son travail par une réflexion nourrie d’exemples et à développer une famille d’affinités. Il annonce l’esquisse d’un projet personnel.

LE MEMOIRE DE DNSEP

Option art

Dès le premier semestre de l’année 4, l’étudiant commence à œuvrer au mémoire de l’année 5 qui, lors du DNSEP au semestre 10, fait l’objet d’une soutenance devant un jury. Le mémoire du second cycle est un engagement artistique en adéquation avec la recherche. Il fait partie intégrante du projet de diplôme. Le travail sur le mémoire est une des composantes de l’initiation à la recherche en deuxième cycle. Il vient compléter le travail artistique de production des œuvres, de leur exposition et de leur présentation devant un jury.

Ce mémoire de recherche révèle la capacité de l’étudiant à mener une investigation en résonance avec sa pratique personnelle. Il est un hors d’œuvre au sens propre et figuré : il peut être une mise en bouche, donner un avant-goût du travail plastique, et être une recherche hors et au-delà de l’œuvre.

Le mémoire propose un point de vue singulier, étroitement lié à la pratique de l’étudiant, tant sur la forme que sur le fond. Il est donc une pièce à part entière. Un certain nombre de genres peuvent être exploités : carnet de notes, fiction ancrée dans la pratique plastique, chronique, livre d’artiste, poésie ou prose poétique, roman graphique, performance, enregistrement sonore ou multimédia, etc. La forme est libre, tant dans l’objet que dans l’écriture. L’étudiant est libre d’inventer son plaisir d’écrire.

Le mémoire est une partie indissociable du diplôme ; les deux membres du jury du mémoire sont aussi parmi les cinq membres du jury qui rencontrent et évaluent les travaux des étudiants. Le diplôme de DNSEP représente 30 crédits : 5 pour le mémoire, 25 pour les travaux, et ce n’est qu’ensemble que les cinq membres du jury attribuent le DNSEP.

Le mémoire est suivi par deux tuteurs : un professeur d’enseignement théorique et un professeur d’enseignement artistique (tous deux choisis par l’étudiant). Un cours de méthodologie (Mise en œuvre du mémoire) donnant lieu à des crédits accompagne les étudiants dans la réalisation du mémoire.

Dès la fin du semestre 7, chaque étudiant d’année 4 doit rendre à ses coordinateurs une note d’intention avec annonce d’un plan et d’une bibliographie. À la fin du semestre 8, l’étudiant doit rendre son mémoire à ses tuteurs dans son étape mi-parcours. À la fin du semestre 9, l’étudiant doit rencontrer ses tuteurs pour suivi de mémoire. Après accord, l’étudiant achève la rédaction du mémoire pour le 15 décembre et communique une version papier à ses tuteurs pour relecture.
Après accord des tuteurs et après corrections, les versions finales du mémoire sont déposées au secrétariat de l’année 5 au 31 janvier, en trois versions papier et une version PDF. Les mémoires ne peuvent être déposés au secrétariat que s’ils ont été validés par les deux tuteurs. La soutenance a lieu au mois d’avril de l’année 5.

Option design

Le travail d’écriture du mémoire de l’année 5 est accompagné, dès le semestre 7, par :

  • un séminaire méthodologique
  • un examen et une discussion lors de chaque bilan semestriel

Au semestre 9, l’étudiant présente un sommaire détaillé, une bibliographie, et un état d’avancement de l’écriture qui ne mobilise pas seulement l’écrit, mais dont les formes peuvent varier de la vidéo au numérique et au son.

Les mémoires sont centrés sur le positionnement des étudiants, en tant que créateurs. Ils éclairent certains aspects référentiels, méthodologiques, culturels, contextuels du travail plastique, et
n’en sont pas une simple illustration.
La réflexion menée a pour ambition de développer, d’amplifier les problématiques abordées. Il s’agit de projections dans le monde, de résonances autour des grands débats qui font l’actualité du design. La bibliographie est adaptée à la problématique et au regard de l’étudiant. Elle repose sur des choix précis, personnels, qu’il convient de justifier (par exemple avec un petit paragraphe en pied de page ou en dessous de la mention de l’ouvrage),
qui explique comment les étudiants s’approprient le texte. Bien entendu la bibliographie ne se limite pas aux livres et aux articles.

Le travail d’écriture est un exercice de construction de la pensée, un outil intellectuel qui permet l’élaboration et la structuration d’une réflexion abstraite et complexe.